Posted Bounty #1 : Scorched Cake

 Hicks planait dans le cyberespace le reliant au serveur distant de Weyland Consortium depuis bientôt une heure et l’hésitation le tenaillait toujours. Ses brise-glaces étaient pourtant prêts à l’emploi et l’argent coulait à flots à travers la connexion établie sur un compte piraté dans les îles caïmans.
Dans son esprit flottait toujours le souvenir de cette brillante runneuse abattue en plein vol par le service de démolition de Weyland Consortium. Officiellement, c’était une conduite de gaz mais au sein des milieux underground, tous murmuraient qu’elle avait été victime du comité d’exécution de la méga-corporation.
Hicks tapota sur son clavier virtuel et se décida finalement à lancer son intrusion. S’il pouvait télécharger des données pour rendre public le forfait de Weyland Consortium, cela méritait d’être tenté. Son brise glace vibra à l’approche du monstrueux mur de glace érigé à l’entrée du serveur.

Le runner ne voyait même pas le sommet de la GLACE. Heureusement, Hicks avait prévu de quoi passer ça. Son bélier se mit à vibrer et il déversa une partie des crédits accumulés depuis le compte offshore directement dans le programme. Le mur vola en éclats cristallins, révélant immédiatement une ombre monstrueuse entraînant Hicks vers ses plus sombres cauchemars. Des visages d’êtres aimés disparus vinrent le harceler de leurs cris et de leurs pleurs. Coupant le canal auditif de sa console, Hicks activa son brise-glace Ninja et détruisit une à une les chimères qui se déversaient en lui. Des traces d’ombres lacérées disparurent dans son sillage.
Plus qu’une GLACE à passer et il serait sur le dossier. Des lignes de code cryptées commencèrent à déferler sur sa console, envahissantes, inquiétantes et angoissantes. Hicks connaissait bien ce type de GLACE de type Enigma. Le passcode Yog.0 qu’il avait emprunté à un de ses contacts allait lui permettre de passer sans encombre la GLACE. L’intrusion était un franc succès et Hicks commença à décompiler les données dans sa console…

Bienvenue dans Posted Bounty, la nouvelle rubrique de Run4Games dédiée à la découverte de personnalités de la communauté française d’Android : Netruner.

Pour cette première, je suis allé à la rencontre de Wiegraf, joueur discret et sympathique et efficace puisqu’il a à son palmarès nombre de tournois gagnés en région parisienne.

Je n’en dis pas plus et vous laisse découvrir l’interview qu’il a bien voulu m’accorder (Merci à lui 🙂 )

Nhetic : Peux-tu te présenter à la communauté ? (Pédigrée, mensurations, toussa…)
Wiegraf : Aie, ça commence mal… Les présentations et moi, ça fait quelque chose comme 42 (mon côté geek). Mais je vais essayer de faire un p’tit effort.

Je m’appelle Jérôme, aka Wiegraf sur le net, 25 ans au compteur depuis 7 ans. Grand joueur dans l’âme, j’apprécie tout particulièrement les jeux de stratégie, de gestion et autres jeux du même type (et grand fan de Netrunner Android).

Voila, l’effort est fait. Question suivante, please !!!

Nhetic : Comment as-tu découvert Android : Netrunner ?
Wiegraf : Je n’étais absolument pas au courant qu’une nouvelle édition de Netrunner en format LCG allait sortir. Il faut dire que je n’ai jamais joué au premier du nom et, même si on m’en avait dit du bien, je ne connaissais vraiment que de nom jusque-là. La seule occasion où j’ai été en présence de cartes Netrunner, c’était quand j’ai vu des étudiants de mon école jouer à la version CCG. Etant un ancien joueur de Magic (très très occasionnel), cela avait piqué ma curiosité, mais le format carte à collectionner a vite freiné tout investissement personnel à ce sujet. En effet, je n’apprécie pas vraiment les jeux à collection où il faut dépenser une « fortune » si l’on veut avoir un jeu compétitif.
En conséquence, je n’ai absolument pas suivi l’actualité du jeu (et j’ai donc raté sa sortie).

Ce n’est que peu après sa sortie qu’une amie m’a présenté le jeu (et je l’en remercie). Le format LCG et les possibilités du jeu m’ont vite fait franchir le pas et j’ai acheté ma boîte la semaine suivante.

Nhetic : S’il ne devait rester qu’une faction corpo, laquelle serait-ce et pourquoi ?
Wiegraf : Choix difficile. J’apprécie de jouer NBN (mon premier choix de faction), Weyland et dans une certaine mesure, Jinteki. La seule faction à laquelle je n’accroche pas vraiment, c’est HB.
Mes parties les plus mémorables ont été jouées en NBN et Jinteki où je me suis retrouvé (et mon adversaires également) dans des situations particulièrement cocasses. Même si ces deux factions ont certaines faiblesses, je les trouve très fun à jouer.

Alors, si je devais choisir une faction en particulier, ça serait donc NBN, mon premier amour.

Nhetic : Et si c’était une faction runner ?
Wiegraf : Par contre, là, je ne comprends pas la question. Il existe d’autres factions que Criminal ?

Comme tu l’auras compris, j’apprécie tout particulièrement cette faction. Avec les différents events que l’on a à notre disposition, cette faction me fait penser à une immense boîte à outils dans laquelle on pioche pour mettre à genoux la corporation. On utilise différents tricks pour se faufiler comme on peut dans les serveurs de la corporation. On essaye tant que possible de surprendre notre adversaire en sortant ce qu’il n’attend pas… C’est vraiment un style de jeu très plaisant et que j’affectionne.

Mon choix va donc logiquement à Criminal.

Nhetic : C’est quoi un bon joueur d’Android : Netrunner ?
Wiegraf : Qu’est-ce qu’un bon joueur ? En voila une bonne question… Difficile à dire.
Si je devais réunir les ingrédients qui font un bon joueur, je dirais qu’il faudrait, en vrac :
– une bonne dose de sang froid pour analyser calmement les situations en jeu
– une pincée d’audace pour prendre des risques calculés quand il le faut
– une magnifique « poker face » pour ne rien laisser filtrer via le langage corporel
– un soupçon de chance pour tirer les bonnes cartes au bon moment

Nhetic : Attention, on polémique : tu vois qui en top 4 du CF ?
Wiegraf : Ce n’est absolument pas la question importante. La question importante est plutôt qui va obtenir le droit de revendiquer la place au chaud près du radiateur (tu as vu comment j’esquive la question ?)

Mais pour répondre à ta question, voici la liste que j’aimerais absolument voir en top 3 :
1) Gnouff
2) Wormhole Surfer
3) Abramanashimana

Il parait que si cela arrive lors d’un tournoi, notre cher Wormhole Surfer a promis de se raser le crane. Alors, pour le France, c’est l’épilation intégrale qui l’attend.

Nhetic : As-tu d’autres jeux favoris ?
Wiegraf : Hors Netrunner, mon jeu favori est Dominion.
Il s’agit également d’un jeu de cartes où l’on construit son deck. La seule différence est que, dans celui-ci, on construit notre paquet au fur et à mesure que la partie évolue. Avec son grand nombre de cartes et d’extensions, aucune partie ne se ressemble et c’est toujours un plaisir d’y jouer.

J’apprécie également tous les jeux de plateaux avec des mécanismes un minimum évolués.

Nhetic : Un dernier mot ?
Wiegraf : Que dire à part le fait que je suis vraiment ravi qu’on m’ait fait découvrir Netrunner (encore merci). Celui-ci est d’ailleurs très rapidement devenu l’un de mes préférés. Mais surtout, à travers ce jeu, j’ai également découvert une communauté de joueurs très sympathiques, sans laquelle, le plaisir de jouer ne serait vraiment pas le même.

Et c’est déjà la fin mais restez connectés, car un autre joueur a bien voulu répondre à mes questions !
Vous en saurez un peu plus d’ici la fin de la semaine!

N’oubliez pas que vous pouvez venir affronter Wiegraf au Championnat de France 😉

Le SysOp de Weyland Consortium observait tranquillement la progression de l’intrus depuis son écran de contrôle, levant les GLACEs les unes après les autres. Derrière ses lunettes à réalité augmentée, il ne pouvait s’empêcher de sourire. Anonyme dans cette méga-corporation, il était pourtant celui qui avait poussé le projet de développement des GLACEs de type mur de glace ou ombre mortelle. Il savait que la recherche sur cette sorte de GLACE permettrait de générer des revenus très importants au Consortium en échange d’un investissement espacé sur le long terme.

Tout cela pour la défense de ses chers serveurs. Il avait négocié une clause bien particulière dans son contrat auprès de ses supérieurs : le droit de laisser des informations sortir des serveurs pour mieux se débarrasser des intrus de manière plus musclés. Le runner venait d’accéder aux données et le SysOp se décida à rentrer en action. Quelques commandes rentrées lui permirent de déclencher la localisation de l’intrus via une connexion lunaire détournée pour l’occasion dans une succursale de NBN. Les crédits investis dans les GLACEs lui permettaient cette manoeuvre à peine légale. Le bâtiment dans le viseur, le SysOp pressa le kill switch et dix minutes plus tard, un bâtiment de New Angeles explosa dans une détonation assourdissante, bruit charmant rappelant que des données dérobées ne l’étaient que si son voleur restait en vie…

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.