Forge déposa le corps du garçon sur les pavés froids et passa sa main sur le visage de l’enfant afin de fermer ses yeux. Une explosion secoua les rues après qu’une flèche enflammée ait traversé la fenêtre d’une boulangerie et mis le feu aux particules de farine dont l’air était lourd. Forge se tenait debout, le visage dur. Tout autour de lui des armes s’entrechoquaient, des gens criaient et des bâtiments s’effondraient.

C’est Rustwatch. C’était le foyer de mon amour.

La colère explosa en lui et il hurla de rage. Comme pour lui répondre, un Chevalier de Quarayon apparut et, ayant repéré Forge, aiguillonna son cheval vers lui. Forge poussa un cri, la bave aux lèvres, et il dégaina un coutelas qu’il jeta sur son ennemi. Sa magie propulsa la lame qui percuta le cavalier à la vitesse de l’éclair. On entendit un gargouillement venant du casque du chevalier alors que la lame traversait son armure d’acier, et il tomba à la renverse.

J’ai déjà tué auparavant. Mais des monstres. Des Chimères. 

Deux assaillants de plus l’attaquèrent à pied, mais Forge tournoya et décocha deux de ses lames. Un assaillant tomba raide mort. L’autre chuta en hurlant, ses mains agrippées au moignon de sa jambe. Forge lui accorda miséricorde et les hurlements s’arrêtèrent.

Un gosse mort de plus. Tout ça pour les folles ambitions d’une seule personne.

Et soudain elle était là. Son armure était immaculée et elle souriait d’un air satisfait. « Bonjour, Forge ».

« Dimona », cracha-t-il. Il leva ses bras vers le ciel et la multitude de lames qu’il portait sortirent de son pourpoint, tournoyant autour de lui. « Toutes ces morts inutiles ! »

« Et pourtant je n’en désire qu’une », répondit-elle. « La tienne ».

Source (n’oubliez pas que cette traduction est officieuse)

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.