Basé sur l’article de David Orange paru dans la Gomorra Gazette : http://www.gomorragazette.com/editorial/an-overview-of-doomtown-reloadeds-four-base-decks/

Alors ça y est, vous avez craqué ? Vous tenez dans vos mains fébriles la boîte de base de Doomtown Reloaded ? Félicitations : ce sont des heures de jeu passionnantes qui s’annoncent, et ce, dès l’ouverture de la boîte. Car les p’tits gars de chez AEG ont bien fait les choses : deux decks scriptés (ne les mélangez pas !) pour découvrir le jeu, et quatre decks pré-construits pour mettre tout ça en pratique sans se fatiguer à construire des paquets de la mort. Aucun autre jeu de type LCG/ECG ne propose une prise en main aussi rapide et guidée !

Vous hésitez entre les quatre factions ? Vous en avez choisi une, mais vous avez du mal à comprendre les mécanismes sur lesquels elle repose ? Pas de souci, David Orange, membre de la team DTR chez AEG, fait un tour d’horizon de ce que vous trouverez dans le Core Set, et comment le jouer. Pour chaque faction, il donne les valeurs essentielles du deck (ce qu’on appelle la draw structure, et qui sert aux lowballs et shootouts), une combo particulièrement puissante, quelques observations et une analogie avec une faction de Netrunner !

N’hésitez pas à commenter l’article pour aller plus loin !

Le Fourth Ring

Les valeurs : des valets, des dames et quelques 10. En plus de générer des fulls et des carrés, le deck contient des valeurs élevées qui seront bien utiles pour lancer des sorts.

La combo qui tue : Blood Curse + Soul Blast.

On diminue la valeur en cartouches d’un dude…

…et on le dégage (définitivement si la valeur tirée est suffisante) !

Malheureusement, les combos sont difficiles à amener lorsque les cartes ne sont qu’en deux exemplaires dans le deck. Blood Curse est sympathique, mais payer 1 GR pour une réduction de 2 du grit n’a rien de transcendant. Comme ce deck s’appuie sur des valets, des dames et des rois, Soul Blast peut vous débarrasser à lui tout seul d’un dude dont le grit est inférieur ou égal à 11. Le dude est même aced avec un grit de 5 ou moins. Au final, renvoyer un dude à la maison, associé au coût de 1 GR, ça manque un peu d’efficacité.

Par contre, Ace in the Hole et Shadow Walk vous serviront toujours. Le premier booste directement votre main lors des shootouts (comme Hex Slingin’) et l’autre facilite vos mouvements – un aspect crucial dans Doomtown Reloaded (surtout contre les outfits gavés de deeds, comme le Morgan Cattle). Toutefois, la faible valeur de Ace in the Hole peut vous trahir lors des pulls et pourrir votre main lors d’un shootout. Magical Distraction, c’est votre planche de salut, qui renversera l’issue d’un shootout mal engagé. Doyle’s Hoyle peut faire envie, mais s’appuie sur des 2 ; de plus, avec des pulls déjà suffisants, pas besoin de s’encombrer de cette carte qui, de plus, est un peu chère.

Comme pour les autres pré-construits, ce deck démarre avec des dudes qui ne feront pas le poids face au Shotgun, ou aux autres cartes qui s’appuient sur la faible valeur de leurs cibles. Je vous suggère de remplacer Ramiro Mendoza par Clint Ramsey ou Tyxarglenak. Si vous voulez jouer les brutes et baser votre stratégie sur les shootouts, prenez les deux et dégagez  Steele Archer.

Que faire pour améliorer ce deck ? Ajouter des sorts. Les plus importants devraient être présents en quatre exemplaires, pour eux-mêmes et pour booster les dudes qui en dépendent (Micah Ryse, Mongwau the Mighty, Jia Mien). Un Legendary Holster s’inscrira très bien dans la draw structure et provoquera des sueurs froides chez votre adversaire si vous l’attachez à un Bobo bien boosté.

Analogie Netrunner : Jinteki. Tout comme les premières versions de Jinteki, le Fourth Ring est plein de vilaines surprises et de pièges redoutables, mais manque dramatiquement de cohérence. Au fur et à mesure que de nouveaux sorts seront proposés, cet outfit saura se rendre réellement redoutable. En attendant, il reste fun à jouer, peut être efficace, mais aussi souvent frustrant.

 

Le Sloane Gang

Les valeurs : des 4, des 5, des 3.

La combo qui tue : Bad Company + Shotgun et/ou Legendary Holster

Quelques balles de plus…

…feront de votre dude une machine à tuer…

…voire un assassin impitoyable (si les pulls sont en votre faveur).

Une autre combo possible : Silas Aims + This is a Holdup + Bad Company

Silas n’est pas un tendre…

…et le sera encore moins après un hold up réussi !

Rappelez-vous que Legendary Holster est une carte unique, et qu’un dude ne peut porter qu’une arme à la fois. De plus, Silas doit être joué de manière agressive, car aucun Law Dog sain d’esprit n’augmentera volontairement la prime sur sa tête !

Ramiro peut être boosté de manière délirante : Charlie’s Place, Shotgun, Bad Company et War Paint, et hop, vous obtenez un stud à 10 cartouches ! Une armée à lui tout seul. la contrepartie, c’est qu’il devient la cible idéale pour les Pistol Whip, Sun in yer Eyes et autres Unprepared de l’adversaire. Des dudes en renfort et The Stakes Just Rose complèteront donc parfaitement cette configuration.

Il s’agit probablement du pré-contruit le plus efficace de la boîte de base, suivi de près par Morgan Cattle – avec une stratégie d’agression plus facile à mener que le « deeds’n’dudes » de ce dernier.

Jonah Essex est un peu gâché dans ce deck, car il ne contient ni ne nécessite de sorts. Vous verrez des decks démarrer directement avec Sloane, mais cela peut signifier une économie nulle si aucun deed ne sort au premier tour. D’un autre côté, sa puissance de feu permet de remplacer vos deeds par des jobs générateurs de GR, voire de vous passer copmplètement de deeds. Allie et la capacité de votre outfit vous permettront d’avancer vers la victoire à moindre frais.

Comment améliorer le deck ? Avec plus de jobs. Ambush ne vaut pas son coût de 4 GR. Je vous invite à ajouter A Coach Comes to Town, que vous accomplirez facilement, et qui complète bien This is a Holdup ! Kidnappin’ et Recruitment Drive sont aussi très utiles. Charlie’s place est un véritable atout, alors prenez-en 4 exemplaires. Railroad Station vous aidera à vous déplacer, surtout contre les outfits pauvres en deeds. Une fois que la machine est en route, Gomorra Parish vous aidera à vous débarrasser des cartes inutiles. Oh, et tant qu’à dessouder des dudes, autant en tirer profit : bonjour Undertaker ! Le pré-construit est déjà bien efficace sans modification ; en l’optimisant, vous le rendrez redoutable. Avec un besoin moindre en deeds, et autant d’équipements et d’actions à utiliser, il est le candidat idéal pour un jeu basé sur des flushs – et même la quinte flush peut vite devenir envisageable, et sans tricher (histoire d’ennuyer encore un peu plus les Law Dogs).

L’analogie Netrunner : Weyland. Pas de subtilité, ici le but est d’annihiler tous les obstacles à l’aide d’une économie basée sur les jobs, de recrutements en pagaille et d’une stratégie qui vise à couper l’herbe sous le pied de l’adversaire.

 

Les Law Dogs

Les valeurs : des as et des 2.

La combo qui tue : Missed ! + Pistol Whip

 

Je suis prêt…

… à t’en mettre plein les dents !

Ou bien Sun in Yer Eyes + Point Blank

On commence par diminuer les cartouches d’un dude…

… pour le dégager plus facilement !

Ce deck se veut l’héritier du Mob Justice de la première version de Doomtown, mais avec seulement la boîte de base, il n’y a pas énormément de moyens de punir les primes reçues par l’adversaire, une seule carte pour les traquer (Bluetick) et pas assez de façons d’en ajouter. Comme pour le 4th Ring, l’intention est là, mais les moyens manquent. De plus, un shotgun ne fera qu’une bouchée de votre gang de départ. Remarquez c’est thématique : les gentils de Gomorra seront vite surpassés en nombre et en force. Il y a de bonnes cartes dans le deck, mais on ressent fortement la limite à deux exemplaires par carte au lieu de quatre.

Comment améliorer le deck ? En ajoutant toutes les actions shootout que vous pourrez :  Pistol Whip et Sun in Yer Eyes devraient se trouver en 4 exemplaires, ainsi que Unprepared. Avec seulement 52 cartes dans un deck, la seule manière d’être sûr de piocher ces cartes est d’en mettre un maximum. Pour votre gang de départ, choisissez des dudes qui craignent moins les shotguns ou les soul blast – Wendy ou Abram, par exemple. Avec sa capacité, aucune raison de se passer de Wendy. Bon sang, avec Wendy et Pistol Whip, vous allez à nouveau renvoyer l’adversaire chez lui s’il n’a pas compris la première fois 🙂

L’analogie Netrunner : NBN. Les Law Dogs se croient malins, mais ne sont pas des Jinteki. Les primes ressemblent aux tags, et les Law Dogs ont les outils pour les donner et en faire usage – même si pas assez. Comme aux débuts de NBN, les Law Dogs sont fun à jouer et peuvent affronter même les pires Sloanes avec les bonnes combos. Mais si les cartes ne suivent pas, ils seront dans la mouise et risquent de prendre plus qu’ils ne peuvent encaisser.

 

La Morgan Cattle Company

Les valeurs : des 7 et des 8.

La combo qui tue : Force Field + Cheatin’ Varmint

 

A l’épreuve des balles !

Tricher, c’est mal. Rappel : vous pouvez résoudre le Force Field, puis cette carte.

« Reculez, je tente la Mad Science ! » Les fans du Collegium dans tout le Weird West n’attendaient plus que de sauter dans le Morgan Express. Tandis que les gadgets de la boîte de base sont intrigants, et souvent puissants, à la façon du 4th Ring, la Morgan Cattle aime prendre du recul et se placer en extérieur. À l’opposé du cirque, par contre, cet outfit est doté d’une excellente capacité et de dudes très mobiles. Et de fait, la stratégie de la Morgan consistera souvent à équiper ses petits, amasser des ressources, et jouer un maximum de deeds.

Pour l’améliorer : ce deck s’impose comme l’incarnation du célèbre Deeds’n’Dudes – stratégie gagnante des tournois de la GenCon. Il faut ajouter un maximum de deeds et tenter d’en poser deux ou plus le plus vite possible, pour imposer un rythme que les autres outfits, notamment le Sloane Gang, ne pourront pas suivre. La mobilité est essentielle (chevaux,  Railroad Station, etc.) Lane et Steve sont de précieux atouts, j’en mettrais bien deux de chaque dans mon deck. En fait, j’irais même jusqu’à enlever les gadgets et la paire Dawn/Eve, pour les remplacer par des deeds et des actions qui fourniront économie, mobilité ou diminution de l’influence adverse (pour éviter les pertes de contrôle). Dans les bonnes cartes : 4 exemplaires de Rumors, Secret Tunnel, Hide in Shadows, et quelques bons vieux Pistol Whips. Ces derniers sont utiles, car l’adversaire ne peut souvent envoyer qu’un seul dude dans les deeds situés en dehors de la ville. Il y en a quelques-uns dans la boîte de base, alors utilisez-les à VOTRE avantage.

L’analogie Netrunner  : Haas-Bioroid, de gros revenus bien défendus et les moyens de faire très mal (Lane et Steve).

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.