Android: Netrunner et le pourquoi du comment y jouer

Bonjour à tous !
Alors ça y est ? Vous venez de craquer pour votre boîte de base ?

Il est temps d’apprendre à jouer !

MAJ 17 mars 2013 : les images de ce billet ont été effacées, nous les remettrons au plus vite . Désolé.

Edit du 16 Janvier 2013 : vous pouvez aussi apprendre à jouer par le biais de cette vidéo:

 

Comme d’habitude avec les LCG, la règle est suffisamment bien faites pour apprendre à y jouer rapidement.
Toutefois, apprendre le jeu seul est toujours plus long que de l’apprendre avec d’autres joueurs alors je ne saurais que trop vous conseiller de vous rendre sur le forum dans la rubrique parties amicales, de nombreuses séances d’initiations vous sont proposées .

Android : Netrunner est un jeu dit « assymétrique », c’est-à-dire que deux joueurs vont s’affronter, jouer au même jeu mais avec une manière de jouer et un but parfois différent. C’est un type de jeu assez original et il vous faudra quelques parties pour bien apprécier chaque camp.
Un joueur va incarner une puissante megacorpo et un autre un pauvre runner, un pirate informatique qui va utiliser son PC et ses maigres ressources pour tenter d’infiltrer les réseaux informatiques de ces multinationales. A l’époque de Netrunner CCG sortit en 1996 ( jeu d’où a été tiré Android : Netrunner) les concepts d’intrusion et piratage de réseaux informatiques étaient des concepts assez abstraits et difficiles à imaginer. Aujourd’hui à l’heure d’internet, des réseaux sociaux, des Wikileaks et compagnie on est habitué aux concepts de tag, divulgation d’informations,…Vous verrez Android : Netrunner utilise un vocabulaire remis au goût du jour. Vous serez surpris de voir à quel point ce jeu reflète certains aspects de notre monde.

Passons aux règles :

Le but de la corpo est de finaliser 7 points « d’agenda ». Les agendas représentent les projets secrets des corporations et ils ne doivent pas être divulgués (c’est un peu comme si Samsung tombait sur le nouveau prototype de l’iPhone 5 ;)). Les agendas sont des cartes avec une difficulté et un nombre de points d’agenda (les points de victoires). Ce sont les cartes les plus importantes du jeu, le Saint Graal de Netrunner si vous voulez.

Un agenda se présente sous cette forme :

no images were found

Dans le cas de cet agenda, il coûte 3 en difficulté et vous rapporte 2 points d’agenda. De plus, il possède un effet dans sa zone de texte. Les effets des agendas sont variés et permettent d’aider la corporation dans son développement.

Donc la corporation va devoir installer ses agendas dans ses serveurs et investir dessus pour les finaliser. Investir veux dire mettre un jeton sur la carte. Dès que l’agenda a au moins un nombre de jetons égal à sa difficulté, l’agenda sort du serveur et vous marquez les points inscrits sur l’agenda.

Image
Dans cet exemple, la corpo a placé 2 marqueurs d’investissement sur l’agenda qui est donc retiré du jeu. La corpo profite de ses effets et marque les points associés.
Vous me direz qu’il y a des cartes face cachées sur la table de jeu ? Oui, à Netrunner, les cartes côté corpo s’installent face cachées… on y reviendra un peu plus tard ;)

Vous imaginez alors le but du Runner… non ? Et bien ils vont devoir infiltrer et pirater les serveurs informatiques des corpos pour leur voler les agendas afin de revendre les précieuses informations qu’ils contiennent. Le runner gagne lui aussi en atteignant 7 points. On pourrait s’amuser à faire une analogie avec le système de « capture du drapeau » que l’on trouve dans certains jeux vidéos…Vous devez prendre le drapeau et le ramener en vie chez vous.

Vous imaginez bien que les corpos ne vont pas se laisser faire si facilement et vont devoir se protéger. Elles vont donc installer des défenses appelées ICE en V.O., G.L.A.C.E en français. C’est un acronyme pour Générateur de Logiciel Anti-intrusion par Contre mesure Electronique… tout ce jargon signifie en fait que ce sont des sortes de firewalls pour nos PC qui protègent leurs serveurs de données.
Donc la corpo va devoir installer des Glaces SUR ses serveurs pour se protéger. Pour indiquer que ce sont des glaces, elles les installent orientées sur le côté pour les différencier des cartes installées DANS ses serveurs (Agendas,…)
Dans l’exemple précédant, l’agenda tout juste finalisé était donc protégé par une glace face cachée. Une glace n’est opérationnelle que lorsqu’elle est activée. Pour l’activer, la corpo dépense autant de crédits que le coût d’activation de la glace et la retourne face visible pour montrer au runner qu’elle est maintenant active.

exemple de glace :
Image

Cette glace coûte 3 crédits à activer (le chiffre en haut a gauche), possède une résistance de 3 (le chiffre en bas à droite), possède une subroutine « end the run » : arrêter l’intrusion en français. Si le runner rencontre cette glace sans pouvoir la neutraliser, alors son intrusion se termine (nous verrons un peu plus bas la neutralisation). Et enfin, elle possède un type : Barrier. Il y a trois types de glaces : les barrier (des murs), des codegate (verrou) et des sentry (sentinelles). Chaque type de glace possède ses spécificités, globalement un barrier vous arrête, un code est un peu plus intelligent et risque de vous ralentir ou vous proposer des choix cruciaux, et les sentinelles sont les bêtes noires du réseau, ce sont des glaces assez violentes qui vont infliger des effets néfastes au runner.

exemple d’instalation d’une glace :
Image
La corpo a installé une glace face cachée SUR le serveur contenant lui aussi une carte face cachée installée DANS le serveur. A ce stade la runner ne sais pas si la carte face cachée est un agenda, un piège ou autre… De même, il ne sait pas si la glace est un Barrier, codegate ou sentry… Vous verrez Android : Netrunner est un jeu de bluff ;)

Exemple d’activation d’une glace lors d’une intrusion du runner :
Image
Pendant l’intrusion du runner, la corpo a la possibilité d’activer ses cartes ( et donc ses glaces ) quand le runner « approche » une glace. A ce moment, elle dépense autant de crédits que le coût d’activation de la glace. La glace est maintenant active pour tout le restant de la partie. A chaque fois que le runner déclenchera une intrusion sur ce serveur il devra subir les effet de cette glace… à moins qu’il ne les neutralise pour cette intrusion.

Là où ça devient encore plus intéressant, c’est que le runner a la possibilité de chercher les agendas parmi les cartes face cachées installées dans les serveurs, mais aussi parmi les cartes « stockées » dans la main (HQ pour Head Quarter ou QG quartier général en français). Quand le runner réussi une intrusion sur le HQ ( après avoir passé toutes les glaces éventuellement) il accède aléatoirement à une carte de la main de la corpo. La corpo présente sa main de manière face cachée au runner qui va sélectionner une carte. Si c’est un agenda, il est volé !

Mais ce n’est pas tout, un runner c’est vif et rusé, il peut aussi tenter une intrusion sur le deck de la corpo  et accéder ainsi à la première carte de la pioche… si c’est un agenda… il est piraté !

La corpo devra donc, en plus de protéger ses serveurs « secondaires » dans lesquels elle installe ses agendas pour tenter de les finaliser, protéger ses « central » servers (serveurs principaux en français) que sont la main (HQ) et le deck qui est appelé R&D (Recherche et développement).

Voici donc à quoi peut ressembler une table de jeu côté corpo :
Image

Dans cet exemple, la corpo a installé un serveur secondaire tout à droite contenant deux cartes activées (face visible). Ce serveur est protégé par une glace non activée encore.
Juste à gauche de ce serveur, elle a installé un autre serveur secondaire (vous pouvez installer autant de serveurs secondaires que vous le désirez) contenant une carte face cachée… mmm… Agenda ? ;) La corpo a protégé ce serveur et activé la glace. Tant que le runner n’aura pas de quoi neutraliser les subroutines de la glace, ce serveur semble protégé de toutes intrusions.
A gauche de ce serveur secondaire se trouve un serveur central, le HQ de la corpo. Le HQ est matérialisé par une carte identité symbolisant la corporation (ses pouvoirs spéciaux,…) et l’accès aux cartes de sa mains. Ce serveur est protégé par DEUX glaces, celle à l’intérieur est non activée et celle à l’extérieur activée. Une corpo peut installer autant de glaces qu’elle désire sur un serveur à condition de payer autant de crédits que le nombre de glaces déjà installées. La corpo a donc dû payer ici 1 crédit pour pouvoir installer cette glace, et comme d’habitude à ensuite payer le coût d’activation pour la retourner ( n’oubliez pas, la corpo ne peut activer ses glaces que pendant le tour du runner quand celui ci approche une glace)
A gauche de HQ se trouve le R&D, il est actuellement protégé par une glace face cachée (non activée encore)
Et enfin, à gauche du R&D se trouve les Archives. C’est le dernier serveur central de la corpo . Les archives représentent l’endroit où la corpo met ses cartes déja utilisées, défaussées ou effacées par le vilain runner ;). Ce serveur comme tout les autres peut subir des intrusions et peux lui aussi être protégé. Qui sais, peut-être que la corpo y cache des agendas qu’elle aurait jeter ? Dans cet exemple, une glace face cachée protège les archives contenant des cartes faces visibles (celles défaussées ou effacées) et des cartes faces cachées (celles défaussé). Quand le runner accède aux archives, il accède aux deux piles de cartes.

Donc on arrive maintenant au stade interactif du jeu. Le runner doit essayer de trouver les agendas, mais comme on vient de le voir tous les serveurs semblent être bien protégés.

Le runner va devoir utiliser des programmes pour tenter de neutraliser les subroutines des glaces pour ne pas en subir les effets.
Un tel programme est appelé Icebreaker ou Brise-glace en français. Comme il existe 3 types de glaces, il existe bien évidemment 3 types d’icebreaker. Pour neutraliser un type d’ice il faut posséder le type correspondant d’icebreaker.

Image
Image

Voici 2 exemples d’icebreaker (aucun icebreaker Codegate n’as été dévoilé en ce jour du 7 août 2012). Le 1er Icebreaker est un « Killer« , les Killer sont spécialisés dans la neutralisation des subroutines issues de Glace Sentry. Il possède un coût d’installation en haut à gauche (ici 4) ainsi qu’un « espace mémoire requis pour l’instalation » appelé MU (memory unit ou unité mémoire) ici 1 MU. Notez que les icebreaker ainsi que toutes les cartes du Runner sont elles, installées faces visibles. Cet icebreaker possède une force en bas à gauche ici 0.
Enfin, il possède deux effets : le premier est l’effet de neutralisation, c’est là qu’on peut voir ce qu’est capable de neutraliser l’icebreaker. Cet Icebreaker étant un Killer, il est logique qu’il neutralise donc les sentry. Pour neutraliser une subroutines d’une glace, la carte indique que le runner devra payer 1 crédit. MAIS ATTENTION, un programme ne peut neutraliser une soubroutines que s’il est au moins aussi fort que la glace qui a généré les subroutines que le runner tente de neutraliser… D’où le deuxième effet de l’icebreaker… Le runner peux payer 3 crédits pour augmenter la force de l’icebreaker de +5.

Certains icebreaker possèdent même la faculté de neutraliser n’importe quel type de glace. C’est un avantage important, mais du coup ce type d’icebreaker possède souvent des contraintes.
Image

Prenons un exemple d’intrusion :
Imaginons que le runner rencontre cette glace. Dès que le runner la rencontre, la glace va générer sa subroutine « end the run » (arrêter l’intrusion). SI le runner ne veut pas subir les effets, et donc s’arrêter en cours de route, il va devoir la neutraliser. Notez bien qu’on ne neutralise QUE les subroutines, la glace restera en jeu pour le restant de la partie .

Image

Le Runner possède ce programme installé :
Image

Il va donc devoir, dans premier temps amener (ou dépasser) la force de la glace avec sa propre force. Corroder possède déjà une force de 2 et 1 crédit est nécessaire pour l’augmenter de 1.
Puis un coût de 1 est nécessaire pour neutraliser la subroutine.
Le Runner devra donc dépenser 2 crédits pour neutraliser cette subroutine . S’il le fait, il ne subit pas les effets et continue son chemin jusqu’au serveur visé par l’intrusion.

VOILA, le principe général du jeu, vous connaissez les bases, mais on va pousser un peu plus loin quand même…

Le runner va utiliser son ordinateur et ses programmes installés pour pirater les réseaux informatiques. On a vu précédemment qu’un programme consommait des MU. Le Runner possède en début de partie 4 unités mémoire, ce qui laisse la place pour installer au moins ses 3 icebreakers différents, mais le runner a d’autres armes !
Il peut utiliser des Programmes qui n’ont pas de type particulier, mais qui confèrent au runner des avantages dans son développement.
Image
Ce programme permet au Runner pour un Click (nous verrons un peu plus tard les clicks…) de gagner 2 crédits ( l’argent du jeu permettant d’utiliser les icebreaker, installer des programmes,…)

Le Runner peut aussi utiliser des programmes spéciaux appelés « Virus« . Un virus est un programme qui, sous certaines conditions, ( souvent des intrusions réussies sur un serveur) va se charger en compteurs afin de devenir de plus en plus puissant et générer des effets néfastes pour la corpo. Ils possèdent eux aussi un coût d’installation et une consommation en MU. La corpo a la possibilité de retirer les compteurs virus en purgeant ses serveurs en dépenssant 3 Clicks ( nous verrons plus tard…)
A ce jour aucun virus n’as été dévoilé, un EDIT sera effectué dès que possible. Mais il y a fort à parier que certains virus permettent d’effacer des cartes de la corpo, accéder à plus de cartes,…

L’ordinateur du runner va vite se trouver en « trop plein » de programmes, c’est-à-dire qu’il n’y aura plus la place d’en installer de nouveaux. Le runner a la possibilité d’effacer un programme installé au moment où il se trouve en « trop plein », mais avouez que cela serait dommage d’effacer un icebreaker ou un virus dont on a vraiment besoin…

Il existe donc les cartes « Hardware » soit en français des cartes « matériels » ! Ces cartes sont des puces informatiques améliorant l’espace disque de l’ordinateur ( +MU), des améliorations matérielles, des implants neurologiques pour le runner,… tout ce qui finalement n’est pas un programme… ce sont des objets palpables…
Image

Cette carte matériel représente une puce ( d’où le sous type « chip », puce en français) que l’on installe en payant 2 crédits. L’effet des cartes Hardware est comme d’habitude indiqué dans la zone de texte (ici cette carte permet d’avoir à tous les tours 1 crédit gratuit pour installer un virus ou utiliser un icebreaker).

Le runner n’est pas totalement seul et démuni dans sa lutte. C’est presque David contre Golliath mais pas tout à fait… Le runner va utiliser ses connections, ses connaissances, combines,… tout un tas de possibilités différentes pour faciliter sa victoire .

Il existe les cartes Event qui sont les actions ponctuelles du runner. Une fois utilisée, la carte va dans la défausse du runner. Les effets de ces cartes sont divers et variés.

Image
Celle -ci vous coûte 5 crédits à jouer et son effet est de vous faire gagner 9 crédits !

Image
Celle-ci vous permet, pour 2 crédits de tenter une intrusion et de passer automatiquement la première glace que vous rencontrerez ! Pas besoin d’icebreaker !

Le dernier type de carte qui va aider le Runner est les « Ressource« . Ce sont souvent des personnes que connaît le runner (que ce soient des personnes à l’extérieur ou dans le réseau…), mais cela peut être des protocoles, des données récupérées… c’est un peu l’équivalent des Event à la différence près qu’elles sont permanentes ! Enfin… pas tout à fait, on verra ça plus tard… ;) Mouahahaha.

Image
Cette carte ressource coûte 1 crédit à installer ( son effet est d’effacer au début de son tour une carte pour gagner 3 crédits)

Voici à quoi peux ressembler le côté Runner en cours de partie :
Image
Dans cet exemple le runner possède 3 programmes installés et vient de dépenser un crédit pour en installer un 4 ème… Il possède également sur la rangée du dessous deux cartes matériels et sur la dernière rangée 4 cartes ressources. La carte identité du runner (le personnage qu’incarne le runner) est placée sur le côté du jeu, il procure au Runner des pouvoirs spéciaux.

Mais avec tout ça on dirait que la corpo va avoir du mal à contenir le runner chez lui… c’est sans comptez sur les autres armes de la corpo… Vous allez voir il y a de quoi s’amuser aussi ;)

La corpo, elle aussi possède d’autre types de cartes.

Tout d’abord les Opérations. Ce sont les équivalents des cartes Event du runner. Elles représentent des actions ponctuelles des mega corpo ( restructuration, aménagement du temps de travail, recrutement, maintenance informatique,…)
Image
Cette carte coûte 5 crédits et rapporte 9 crédits à la corpo. Une fois jouée, on l’a met dans la pile visible des archives.
Image
Cette carte coûte 0 crédit et permet de piocher 3 cartes ! ( comme toute opération, une fois jouée, on l’a met dans la pile visible des archives.)

La corpo a aussi un équivalent aux ressources du runner. Ce sont les « Asset ».
Comme les agendas, les assets s’installent faces cachées DANS les serveurs secondaires et procurent, une fois activés des améliorations pour la corpo ( plus de crédits, facilité pour installer des glaces, pièges,…)

Image
A la différence des agendas, on ne place pas des compteurs d’investissement sur la carte pour bénéficier de son effet, mais on l’active directement (comme les glaces) en payant le prix indiqué en haut à gauche.

Chaque Asset possède un effet indiqué dans sa zone de texte. L’effet des Assets est souvent globale, c’est-à-dire qu’il affecte tout le « plateau » de jeu de la corpo.

Vous remarquerez le symbole avec la poubelle et un numéro dedans en bas à droite, il s’agit du « trash cost » de l’asset . Quand le runner accède à un asset, (peu importe d’où il y accède, R&D, HQ, ou un serveur secondaire…) le runner peut payer le coût de trash cost pour l’effacer !

Les Assets, tout comme les agendas, prennent beaucoup de place sur un serveur et par conséquent il ne peut y avoir qu’UN asset ou qu’UN Agenda par serveur secondaire, jamais les deux en même temps. Il ne peut pas non plus, pour les même raisons, y avoir DEUX agendas ou DEUX assets par serveur secondaire.
( dans le cas de cette carte, une fois activée, on place 12 crédis de la banque sur cette carte. Puis a chaque début de tour on en prend 3 pour les mettre dans sa réserve personnelle !)

Le dernier type de carte de la corpo est les « upgrades », « extensions » en français.
C’est un peu l’équivalent des cartes Hardwares, mais au lieu d’améliorer leurs ordinateurs, les corpos vont améliorer leurs serveurs de données.

Les upgrades ont souvent un effet qui ne fonctionne QUE sur le serveur sur lequel elles sont installées. Par contre, ce sont des données qui ne consomment que très peu de places et donc on peut les installer (toujours faces cachées) où on veut, que ce soit un serveur central ou un secondaire !

De plus, l’énorme avantage est que l‘on peut installer un upgrade par-dessus un agenda, un asset ou même un ou plusieurs autres upgrade ! Vous commencez à saisir ? comme tout se joue face cachée, le runner va commencer à « se prendre la tête » pour essayer de deviner quel peut bien être le contenu d’un serveur où plusieurs cartes faces cachées sont présentes… Tout comme les Glaces et Assets, un Upgrade ne fonctionne que s’il est activé et doit être activé en payant le coût en crédits indiqué en haut à gauche (finalement, les seules cartes que l’on n’active pas sont les agendas).
Et enfin, comme les assets, le runner peut effacer un upgrade auquel il accède en payant le prix indiqué dans son trash cost en bas à droite.

EDIT : il n’y a pas pour l’instant d’upgrade révelé par FFG…

Le jeu aurait pu s’arrêter là tellement il est déjà complet. Avec tous ces types de cartes, interactions, cartes posées faces cachées, nous sommes en présence d’un jeu de réflexion aux règles assez simples mais très stratégiques.
Je n’oserais comparer ce jeu aux échecs ou à de gros jeux de plateaux, mais pourtant Android : Netrunner possède une identité propre, une originalité et une liberté de réflexion qu’aucun autre jeu de cartes (CCG/LCG) n’a réussi à égaler.
Vous me direz que les deux camps ont l’air équilibrés, chacun essayant avant l’autre de remporter la course aux points d’agenda, mais vous aurez sans doute remarqué que le runner a la possibilité d’effacer les cartes Asset et Upgrade auxquelles il accède… Et la corpo dans tout ça ? En route pour la dernière partie de la règle ;)

Le runner utilise son ordinateur et sa connexion Internet pour pirater à distance les serveurs de données… Croyez-vous que les corpos vont attendre sagement les intrusions du runner sans rien faire ? Non, c’est mal connaître les corpos ;) . Les corpos vont essayer de pister, de traquer le runner en remontant sa connexion, essayant de démasquer son adresse IP  une bonne fois pour toutes, lui fermer sa connexion Internet… au pire… le faire taire définitivement…

C’est ce qu’on appelle la « Trace » ou Traque en français. Une traque est une tentative de pistage de la corpo pour localiser le runner.

Les runners eux, se savent pister et vont tout faire pour brouiller les pistes (utiliser des IP proxys, augmenter le nombre de points de connexion entre les serveurs des corpos et leurs ordinateurs,…). C’est ce qu’on appelle le « Link » ou « évasion ».

A chaque tentative de trace de la corpo on va alors comparer le valeur de trace de la corpo à la valeur de Link du runner… la plus haute valeur gagne. ( en cas d’égalité le runner gagne et la trace est dite « unsuccessfull » ou « non réussis »)

La trace est beaucoup plus simple à gérer dans Android : Netrunner.
Quand la corpo va initier une trace, elle va jouer une carte qui aura pour effet trace « X ».

Par exemple cette glace déclenche une trace de 2 :
Image

La corpo va démarrer sa trace avec une valeur de 2 . Elle peut, si elle le désire, augmenter cette valeur en dépensant des crédits (chaque crédit dépensé augmente de 1 cette valeur). Cette dépense se fait « visible », le runner doit voir combien vous dépensez. Puis le Runner qui a une évasion (link) de base, grâce à sa carte identité ou à des cartes de link, va pouvoir lui aussi dépenser des crédits pour augmenter cette valeur (chaque crédit dépensé augmente de 1 la valeur). En cas d’égalité, le runner gagne la trace, sinon c’est la valeur la plus haute qui gagne.

Par exemple le Runner pourrait avoir ces cartes en jeu :
Image
Image
Le runner a dans cet exemple un link de 2 lui aussi…

Si la corpo avait dépensé 2 crédits en plus de sa trace de 2, le runner aurait donc dû dépenser 2 pour gagner la trace ; s’il n’avait pas dépensé alors la corpo aurait gagné ( 4 contre 2).

Une « successfull trace » ( « traque réussi ») aura souvent pour effet de donner un ou plusieurs tags au runner. On considère alors que les corpos ont localisé le runner en récupérant son adresse IP, chopper son adresse physique, récuperé l’adresse de sa famille,…
C’est ce qu’on appelle les « TAG« . Les tags sont matérialisés par des jetons que l’on place sur la carte identité du runner.

Image
Voici un exemple de tags donnés au runner. Dans cet exemple les tags ne sont pas issus de trace mais d’un effet d’un agenda, mais peu importe le concept est le même.

Une fois tagué, le runner devient vulnérable aux attaques des corpos et la corpo va avoir une multitude d’effets possibles pour le punir. Tout d’abord, elle pourra, pour un click et 2 crédits, effacer une cartes ressource du runner ! (c’est assez logique finalement, car les contacts du runner l’abandonnent petits à petits de peur de se faire eux aussi avoir…)

Image

Mais ce n’est pas tout, certains effets issus de cartes corpos ne sont jouables que quand le runner est tagué. C’est tout le temps clairement indiqué dans la zone de texte de la carte :

Image
Dans cet exemple, la carte Opération coûte 4 crédits à jouer et il est indiqué sur la premère ligne de texte : « play only if runner is tagged » « jouable uniquement si le runner est tagué ».

L’effet de cet carte est d’infliger 4 « Meat damage » « choc physique » au runner !

mmm… « Chocs » ??

Et oui, voici le point le plus agressif du côté corpo, la corpo peut TUER le runner !
Un choc est une défausse obligatoire du runner. Un runner qui se prend 4 chocs doit se défausser de 4 cartes ! Si à un moment donné le runner qui doit se prendre un choc n’as plus de cartes à défausser… IL PERD LA PARTIE et est considéré comme « Flatlined » ou « mort clinique ».

Les cartes du runner représentent une partie de son cerveau, donc trop de chocs = trop de dommages cérébraux…

Il existe différents types de chocs. On vient de le voir, il y a les Meat damage qui sont des chocs physiques infligés au runner par des agents corpos venus gentiment frappe à la porte du runner.

Mais il existe aussi les chocs « réseau » ou « Net Damage » qui sont, comme les Meat, des défausses pouvant provoquer la mort du runner. La différence est que les net damage sont des décharges électriques du réseau et donc nul besoin d’être tagué ! Il va falloir faire attention, car comme toutes les cartes sont faces cachées, les Net damage peuvent être issus de différents types de cartes, Opération, Glaces,…
Image
Image

Et enfin le dernier type de chocs sont les chocs « Neuro » ou « Brain Damage ». C’est exactement la même chose que les Net damage ( pas besoin d’être tagué et il correspondent à des surcharges dans le réseau) sauf que les brain damage vont handicaper de façon permanente le runner !

En effet, un runner qui aura subit par exemple 1 choc Neuro utilisera un jeton pour garder trace de ce choc et la taille de main du runner sera définitivement réduite de un ( encore une fois la mécanique du jeu fait corps avec son histoire… Comme je l’ai dit la main du joueur représente sont cerveau…)
Image
Dans cet exemple la glace inflige un choc neuro dans l’une de ses subroutines.

La corporation, de part certaines de ses mauvaise actions va obtenir des « mauvais point » pendant la partie, ce sont des compteurs Bad Pub ou mauvaise publicité. Ces compteurs sont stockés sur la carte Identité de la corpo et donnent au runner un crédit en début d’un run pour chaque compteur Bad pub .
Image

Le Runner possède lui aussi une condition de victoire « alternative » relativement agressive, mais difficilement réalisable (en tout cas dans Netrunner CCG). Si la corpo ne peut plus piocher de cartes au moment où elle devrait le faire, elle perd la partie. Des cartes existent (en tout cas existaient dans Netrunner CCG) pour trasher les cartes de R&D.

Nous arrivons au bout de cet articles d’introduction à Android : Netrunner, vous connaissez maintenant tous les types de cartes, les tenants et aboutissants d’une partie et les mécanismes principaux du jeu. Vous SAVEZ Y JOUER !

Il ne manque plus qu’une toute petite chose dont je n’ai cessé de parler tout au long de cet articles… les « CLICKS« .

La corporation démarre la partie toujours en premier avec sa carte identité révélée et positionnée à l’emplacement de son HQ. Elle pioche une main de départ de 5 cartes ( elle a le droit de faire un Mulligan et de reprendre une main si sa première ne lui plaît pas).
Elle prend 5 crédits de la banque qu’elle place dans sa réserve personnelle.
La partie peux commencer.

En début de tour, la corpo pioche gratuitement une carte puis gère ses effets de débuts de tours.
Ensuite, elle a 3 actions où elle peut faire ce qu’elle veut ! à savoir :

*Piocher une carte
*installer une carte
*Gagner un crédit
*Jouer une Opération
*Dépenser un crédit pour mettre un marqueur d’investissement sur une carte qui peut être investie ( principalement les agendas ou certaines cartes « spéciales »)
*Dépenser 2 crédits pour « trasher » (effacer) une ressource du runner (lorsque celui-ci est tagué)
*elle peut aussi dépenser ses 3 actions d’un coup pour enlever tous les marqueurs virus présents sur tous les programmes virus.

Image

Après que la corpo ait joué son premier tour, c’est au Runner de jouer son premier tour.

Le runner a bien sur au démarrage de la partie mis en jeu sa carte Identité ( comme d’habitude côté runner face visible), pris 5 crédits et piocher 5 cartes (il a lui aussi le droit à un Mulligan).
Ensuite, le Runner, quant à lui, n’a pas de pioche gratuite, mais 4 actions qu’il utilise, lui aussi comme bon lui semble :

*Piocher une carte
*Gagner un crédit
*Installer une carte
*Jouer un Event
*Faire un « Run » (une intrusion) sur un serveur
*Payer 2 crédits pour retirer 1 tag.

Image

Il n’est pas précisé sur ces fiches récapitulatives, mais certaines cartes en jeu requiert de payer des clicks pour être utiliser. Il convient donc de payer immédiatement la quantité de clicks demandés pour profiter de l’effet de la carte. On ne peut pas payer d’avance une action que l’on a pas. De même, si le runner doit perdre une action mais qu’il ne peut pas (car en 4 ème action) rien ne se passe.

Voici quelques exemples de cartes qui requiert des clicks dans leur coût. D’ailleurs, un Coût sera toujours indiqué sous la forme « Coût : Effet »

Image
Cette carte nécessite de dépenser un Click pour infliger un Meat Damage.

Image
Cette carte nécessite la dépense de 3 clicks consécutifs pour être utilisée.

Voici un petit récapitulatif des icônes du jeu :
Image

Voilà ce coup-ci vous savez jouer !

Testez le jeu avec les decks de la boîte de base, vous aurez déjà de très longues heures de jeu. Quand le temps sera venu, je vous conseille d’aller faire un tour dans le thread concernant la construction de vos premiers jeux ;).

Je ne dis pas que vous n’aurez pas de questions… comme toujours avec ce type de jeu il y a de nombreuses interactions auxquelles les règles de base ne peuvent pas forcément répondre.

J’espère que j’aurais été suffisamment claire et que je vous aurais donné envie d’essayer ce jeu.

Ce qui est formidable avec Netrunner (EDIT : Netrunner CCG vu qu’Android n’est pas sorti) c’est qu’on y joue non pas pour la complexité des règles qui sont au final vraiment très simples mais pour « la complexité du jeu » !

C’est un jeu qui ne ressemble à aucun autre, je vous le garantie. Essayez-le vous ne serez pas déçu.

« Netrunner est un jeu où le joueur joue ses cartes alors qu’à Magic ce sont les cartes qui dirigent le joueur » Richard Garfield.

admin
Site Admin
 
Message(s) : 14
Inscrit le : Mer Fév 16, 2011 1:36 pm

A propos de l'auteur

Passionné par Netrunner depuis 1999, ce jeu est toute ma vie. je me soigne depuis 2008 avec le fabuleux The Spoils ;)

Articles similaires

7 Réponses

  1. C2dric

    Juste un petit merci pour cette excellente vidéo introductive. Et qui donne envie de jouer.

    Répondre
  2. Aerlas

    Merci pour cet article ! Bien expliqué et pratique à lire dans les transports..
    Quel dommage que les images ne s’affichent plus 🙁

    – Aer –

    Répondre
  3. Ricou

    Excellente vidéo introductive. Je vais enfin me décider à sortir les cartes de leur petit sachet en plastique et runner à mon tour.

    Répondre
  4. Yoann

    Merci pour ton explication, c’est limpide. Par contre, il faudrait corriger les quelques fautes de frappe qui parsèment l’article. (saurait, et nombreux s)

    Répondre
  5. Shaolan

    Bonjour, merci pour le tuto ça aide vraiment bien, le livret de règles de la boite est surement bien fait mais on s’y perd un peu quand on connait pas du tout.
    Par contre je bloque un peu sur l’utilisation des programme virus et l’association des brises-glaces et glace qui va avec, genre « brise-glace : IA » il correspond à quel glace?
    Merci et bon jeu à tous 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.